Morgère Industrie mécanique (panneaux de chaluts) - les PME exportent

20 salariés, 40 % du chiffre d’affaires à l’international.

 Les petites entreprises sont en mesure, elles aussi, de réussir à l’international, l’exemple de la société Morgère est révélateur à ce propos.

La forge de marine constitua la première activité de cette entreprise familiale fondée en 1902. A partir des années soixante l’invention « révolutionnaire » à l’époque,  d’un panneau de chalut (permettant d’ouvrirles filets), allait amener la société à se consacrer prioritairement à ce produit, qui aujourd’hui représente plus de 80 % des ventes.

Un bureau d’études améliore et étend les performances de ces panneaux qui ont assis la réputation de la société en France comme dans le monde.

Les ventes, sur le marché domestique se font au travers des coopératives maritimes.

Le chiffre d’affaires est en progression régulière, le nombre des personnes travaillant sur le site de Saint-Malo varie de 20 à 25.

L’export débuta dès les années soixante / soixante-dix et se concrétisa en Espagne et dans les pays du nord de l’Europe dans lesquels des agents furent recrutés.

Dans un second temps, d’autres marchés se sont ouverts sur tous les continents : du Pérou, au Canada en passant par  la Nouvelle-Zélande et l’Afrique (Maroc, Afrique du Sud….).

Le modus operandi mis en œuvre consistait à cibler les zones portuaires les plus importantes. A identifier des « agents potentiels », généralement des entreprises fabricant des chaluts, puis, à se rendre sur place.

Aujourd’hui, ce sont les salons internationaux qui sont devenus le moyen prioritaire. Morgère participe ainsi chaque année à 4 ou 5 de ces manifestations (Islande, Canada…). Cela permet tout à la fois de prospecter de nouveaux clients et aussi de garder le contact avec les partenaires de chaque pays, d’échanger avec les clients. Le retour d’information de ces derniers constitue une opération très importante, car elle  est à l’origine bien souvent de l’amélioration des produits.

L’Internet joue désormais un rôle complémentaire important. La reconfiguration du site (qui existe en 3 langues), l’activité sur les réseaux sociaux donnent des résultats tout à fait significatifs. Des contrats, des recrutements d’agents ont eu lieu  au travers de ce canal. Des quotations pour la Bulgarie ont ainsi été réalisées par l’entremise de Facebook ! Enfin, il faut souligner que certains agents se sont aussi manifestés eux-mêmes du fait de la notoriété à l’international de la société.

L’organisation en interne repose sur, le directeur commercial en charge de tous les marchés (France et international), un adjoint,  qui est également responsable du marketing et une assistante.

Actuellement, l’international représente plus de 40 % du chiffre d’affaires global et couvre plus de 15 pays. A terme, il devrait encore progresser que ce soit en prenant pied sur de nouveaux marchés ou en reconquérant des pays perdus, la Russie par exemple.

Problème rencontré.

Pour Morgère, il n’y a pas de problématique récurrente freinant le développement à l’international.

Les conseils de Martin Bouchard responsable technique de la société Morgère.

Il est déterminant à l’international de bâtir, avec ses partenaires, une relation complémentaire dans laquelle chacun trouve son intérêt. C’est la clé d’un bon accord dans la durée.

Quelle que soit son activité, il faut aujourd’hui, savoir exploiter toutes les potentialités qu’offre l’Internet qu’il s’agisse des sites ou des réseaux sociaux.

Robert HAEHNEL 10/11/2015