Ateliers Boton (ébénisterie) - les PME exportent

La création d’art à l’international.

Les métiers d’art portent dans le monde entier l’image de la France. Même les structures artisanales exportent avec succès à l’instar du parcours de Hyacinthe Boton ébéniste de formation qui se mit à son compte en 1999 dans la région nantaise. Au départ, son activité se concentra sur la restauration de mobiliers d’art, notamment dans la marqueterie, pour le compte de collectionneurs privés. En 2008, une opportunité allait se présenter. Il répond à la demande d’un galeriste russe et se lance de ce fait dans la création de mobilier d’art. Il crée des pièces d’exception qui vont lui permettre d’exposer, à plusieurs reprises, dans le cadre du salon de Moscou « L’Art de vivre à la française ». Cette opportunité va constituer un véritable tournant dans sa carrière. Il va nouer des relations avec des prescripteurs et des clients russes en France, mais surtout la création va devenir le pôle majeur de son activité. Celle-ci s’exerce dans deux registres le mobilier de décoration classique (essentiellement XVIIIème siècle) et aussi des œuvres personnelles exclusivement des pièces uniques numérotées.

Si, en 2014 le chiffre d’affaires a atteint 360 000 €, il devrait grâce à d’ambitieux chantiers dépasser 700 000  € en 2015. Les Ateliers Boton emploient aujourd’hui 7 personnes.

L’international a débuté à Moscou. Le galeriste devenant au fur et à mesure des années à la fois un agent et un représentant de l’atelier en Russie. Simultanément la présence à quatre reprises au salon « Art de Vivre à la Française » a débouché sur un relationnel composé d’architectes et autres prescripteurs et a donné naissance à un bouche à oreille très dynamique. C’est ainsi que les Ateliers Boton ont décroché un contrat portant sur la décoration « exclusive » d’une bijouterie haut de gamme en Australie, à des réalisations pour le Qatar ainsi que pour les magasins londoniens de la marque Longchamp… les commandes à l’étranger concernent uniquement la création, qui en 2015 devrait représenter 100 %  de l’activité du fait de l’obtention d’une commande très important au Qatar.

Au plan de la logistique, les livraisons se font systématiquement « départ Paris ». Pour ce qui est du faire-savoir, c’est le bouche à oreille qui reste le média prévalent. Le site Internet n’étant qu’une simple vitrine. Des actions de Relation Presse (envoi de communiqués) ont débuté

Les perspectives à l’international s’avèrent très prometteuses. La participation au salon « Révélation » (Grand Palais à Paris) avec la présentation de pièces contemporaines très rares devrait ouvrir un marché à très fort potentiel : la Chine. Parallèlement, le relationnel établi devrait amener un changement majeur de la politique commerciale. Les Ateliers Boton focalisant désormais leurs efforts sur les architectes maillon déterminant de la chaine de la valeur et décideurs dans le cadre des contrats importants.

Les problèmes rencontrés.

La pratique des langues étrangères, notamment l’Anglais. Par ailleurs, les fortes amplitudes de températures dans des pays comme la Russie ou le Qatar constituent des contraintes qu’il faut maitriser. Les banques ne commencent à vous suivre à l’export que lorsqu’on décroche de gros contrats.

Les conseils de Hyacinthe Boton.

Des confrères qui n’ont pas souhaité exporter, ont été obligés de cesser leur activité. Saisir les opportunités est décisif pour se lancer à l’international. Il ne faut pas hésiter « à en faire trop ». Si l’on veut réussir, dans la plupart des marchés, il devient indispensable de recruter des agents. Investir dans une communication efficace est devenu une nécessité.

Robert HAEHNEL le 30/03/2015