Maison Delisle (Bronzier d’art) - les PME exportent

Les métiers d’art français une réputation unique dans le monde.

La Maison Delisle, depuis 1895, incarne la pérennité et la réputation des métiers d’art français.  Cette entreprise familiale, dont le Président actuel, Jean-Michel Delisle, représente la quatrième génération de dirigeants, a depuis l’origine exercé un seul métier : bronzier d’art. Cette activité consistant à concevoir et à réaliser des  luminaires d’exception ainsi que de la ferronnerie d’art. L’exigence de qualité qui prévaut correspond aux attentes d’une élite internationale.

80 % des commandes, émanant principalement de particuliers, sont faites sur mesure. En 125 ans 4000 modèles ont été créés ainsi que plus de 12 000 dessins, constituant un patrimoine artistique unique. Tous les éléments sont fabriqués en France dans le respect de la tradition, à une exception près : le cristal de Bohême.

Le chiffre d’affaires atteint 4 millions d’euro, 19 personnes sont employées.

L’exportation depuis le début est consubstantielle à l’activité même de la société. C’est dès la fin du XIXème siècle que la Maison Delisle commença à travailler pour la cour de Russie et simultanément pour de riches familles américaines de la côte Est des Etats-Unis. Ce succès à l’étranger est fondé sur la continuation de la grande tradition française des XVIIème et XVIIIème siècles. La part de l’international a toujours été prévalent à l’exception de la période qui suivit la seconde guerre mondiale. En effet, à l’issue du conflit, l’essentiel de l’activité se concentra sur la réhabilitation et la reconstruction du patrimoine national (Château de Versailles, succursales de la Banque de France…) au détriment de l’export et des commandes des particuliers.

Le poids de l’international redevient prépondérant après 1970. Avec l’émergence de marchés nouveaux  tels que l’Iran.

Aujourd’hui, l’international représente 80 % du chiffre d’affaires et même 95 % si l’on tient compte des travaux commandés en France par des étrangers.  Les clients sont en majorité des grandes familles auxquelles s’ajoutent des grands groupes hôteliers ainsi que des résidences officielles. Les principaux marchés restent dans l’ordre la Russie et les Etats-Unis, suivis par le Maroc, et un nouveau venu la Chine et aussi la place de Londres. A terme, l’Amérique latine, continent sensible à l’esprit français devrait aussi s’ouvrir de manière significative.

Systématiquement, c’est la notoriété l’image (la réputation) qui sont à l’origine des commandes, il n’y a qu’en Russie que la société est représentée par un agent.

Le problème rencontré à l’international.

Même dans des marchés d’exception le taux désavantageux de l’euro par rapport au dollar, représentait un frein. La baisse de l’euro devrait faire revenir la clientèle de ce pays.

Les conseils de Jean-Michel Delisle Président.

On ne doit pas considérer les marchés étrangers comme différents du marché français. Est-il besoin de rappeler la nécessaire pratique des langues étrangères et bien sûr de l’Anglais. Il est indispensable de posséder des références crédibles, de faire valoir ce qui nous rend distinctif. Dans notre domaine ce qui nous gouverne c’est avant tout le goût de nos clients.  Ce que nous vendons et c’est un avantage déterminant, c’est une part de l’esprit, de la culture et de cette image unique de la France.

Robert HAEHNEL le 23/03/2015