VD Industry (menuiseries résistant au feu) - les PME exportent

Développer sa niche

logo vd industry

Créer et développer une niche spécifique ? VD Industry,à ce niveau, constitue un exemple remarquable. En 2003, deux professionnels de la menuiserie eurent l’idée de lancer la production de menuiseries vitrées résistant au feu. C’est la règlementation intervenue en France en 1999 qui les amena à choisir ce créneau.
Dès l’origine, la société a fait preuve de sa capacité à innover à proposer une offre adaptée à l’évolution constante de la demande. Les produits commercialisés, exclusivement vitrés, correspondent à la fois à des utilisations extérieures ou intérieures. Les verres sont conçus pour résister aux températures extrêmes. Les châssis existent dans tous les matériaux : bois, acier, aluminium. Depuis septembre 2013 il en est de même avec le PVC, un exploit technologique, une première mondiale, que seul VD Industry a été en mesure de réaliser, le matériau mis en œuvre peut supporter sans dommage des températures de 1000° ! C’est grâce à son bureau d’études à un investissement permanent en R et D (5 % du chiffre d’affaires) que la société est en mesure d’apporter en permanence des solutions nouvelles.
L’autre spécificité de VD Industry est son dynamisme commercial, dès le démarrage elle s’est adressée aux entreprises traitant des chantiers intérieurs et extérieurs dans toute la France.
Aujourd’hui, sur son site de Saint Michel sur Meurthe, dans les Vosges, l’entreprise emploie 20 personnes pour un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros.

Pour atteindre, à moyen terme, 15 millions de chiffre d’affaires son objectif, compte tenu de l’étroitesse du marché national, VD Industry se devait de se lancer à l’export. Cela supposait de remplir une condition nécessaire, répondre « au marquage » c’est-à-dire à la réglementation édictée dans chaque pays pour le matériel résistant au feu. C’est ainsi que pour le premier marché visé, l’Allemagne, les démarches ont été effectuées en 2010. D’autres pays européens ont suivi : le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse. En 2013, de premières ventes ont eu lieu en Algérie. Le Moyen-Orient et l’Afrique francophone constituant les prochaines cibles.

Comment VD Industry procède-t-elle ?

En fonction des marchés, l’entreprise fait appel soit à un distributeur (Allemagne), ou à un agent (Moyen-Orient). Elle possède une filiale en Suisse, pour le Benelux, c’est un salarié belge qui est en charge de cette zone. L’Algérie est traitée en direct. En interne c’est le gérant Sébastien Ferry qui avec l’aide d’une assistante multilingue, est en charge de l’ensemble des opérations.
Les salons internationaux (Allemagne…) permettent de contacter les prospects, l’Internet est devenu un outil indispensable. Sur le site en 4 langues, en plus de la dimension vitrine, on peut consulter l’ensemble de la documentation produit (fiches…). Des annonces dans les magazines professionnels sont également diffusées.
En 2013, après 3 années actives, l’international a déjà représenté 32 % du chiffre d’affaires. D’ici 3 ou 4 ans il devrait atteindre 80 % de celui-ci !

A l’export, le principal problème auquel la société doit faire face, est la difficulté à engager des collaborateurs pratiquant des langues étrangères.

Les conseils de Sébastien Ferry gérant de VD Industry.

Il est préférable de se lancer avec des produits innovants qui n’existent pas dans le marché que l’on veut pénétrer. On se doit de connaitre la culture qui prévaut dans chaque pays. Même dans la zone francophone les pratiques sont souvent différentes de celles qui prévalent en France.
Enfin, même s’il s’agit d’une évidence, il est bon de rappeler que dans chaque marché, il faut trouver le bon partenaire.

 

Pour plus d'informations concernant VD Industry : www.vd-industry.eu