Loiretech (production d'outils de fabrication) - les PME exportent

Innovation et dynamisme commercial

photo loiretech aeronautiqueLoiretech illustre une fois encore l’atout que constitue l’innovation pour le développement, notamment à l’international, des PME.
Créée en 1988, la société était dédiée à la production d’outils utilisés pour la fabrication de grandes pièces en thermoplastique essentiellement destinées à l’automobile (planches de bord de véhicules haut de gamme…).
2003, avec le rachat de l’entreprise, via un LBO, par Marc Moret, un professionnel reconnu du secteur, va marquer un tournant décisif dans le parcours de Loiretech. L’activité est étendue aux matériaux composites, simultanément elle s’oriente vers une nouvelle filière plus prometteuse à terme l’aéronautique. Ce changement s’accompagne d’un investissement permanent en R et D, celui-ci ne représentant pas moins de 4 % du chiffre d’affaires.
En dix ans, la société est passée de 19 à 50 salariés. Elle est désormais un leader en France dans son métier. L’aéronautique est devenue le secteur le plus important (75 % des ventes, 25 % pour l’automobile), le chiffre d’affaires atteint 6 millions d’euros traduisant une progression annuelle de 10 % dans la durée.

L’export jusqu’en 2003 était limité à 5 ou 10 % de l’activité. Dès la reprise de l’entreprise, un ingénieur pratiquant plusieurs langues est recruté, son rôle étant prioritairement de faire du démarchage direct auprès des constructeurs et équipementiers.
Puis une véritable stratégie est mise en œuvre. Elle se fonde sur trois piliers.
Dans le domaine des nouvelles technologies liés aux matériaux composites, exploiter les potentialités, le savoir-faire en R et D en participant systématiquement à des programmes collaboratifs de recherche européens qui permettent de disposer de moyens plus importants et de pouvoir développer des projets plus ambitieux (grands outillages…).
Ces travaux font connaitre et crédibilisent Loiretech, valorisent ses compétences au travers de conférences à l’occasion des salons internationaux et de publications.
Une politique commerciale dynamique est menée. En plus d’actions commerciales ciblées, elle consiste à participer, à des salons internationaux (Salon des Composites…), à des missions initiées par Ubifrance ou les CCI visant prioritairement le marché Nord-Américain.

En 2013, l’export atteint plus de 50 % du chiffre d’affaires il concerne l’Europe et les USA. Cette proportion n’était que de 30 % en 2011. A moyen terme c’est la même stratégie qui sera pérennisée et étendue à de nouveaux marchés : Moyen-Orient et Russie. Début 2014 une filiale nord-américaine localisée près de Montréal verra le jour. Cette création devrait encore accentuer la part de l’international en autorisant une pénétration facilité de ce marché. Elle comptera, dans un premier temps, une dizaine de salariés.

Deux problèmes à l’international : le taux de change de l’euro vis-à-vis de toutes les grandes devises. Le coût du travail en France.

Les conseils de Marc Moret Président de Loiretech.
La réussite à l’international dépend prioritairement de l’implication des dirigeants. Il est recommandé de bien maitriser les technologies des produits que l’on projette d’exporter, d’être dans toute la mesure du possible en avance, mais en ayant pris soin de valider les process sur son marché.