Spectaculaires (évènementiel) - les PME exportent

 

L’efficacité des réseaux à l’international

Spécialiste de la construction de décors, Benoît Quero allait découvrir un univers qui changerait son engagement professionnel : la création, la scénarisation et la réalisation de spectacles mariant son et lumière. Cette passion l’amena tout d’abord à créer une association puis, en 1987, grâce à un prêt d’honneur, à lancer« Spectaculaires », son entreprise. Celle-ci était dédiée à la fois à l’assistance technique et surtout à la conception et à la réalisation de spectacles, d’évènements destinés à valoriser le patrimoine.

Si, dans un premier temps les clients furent presqu’exclusivement des collectivités ou des associations culturelles, depuis plusieurs années le privé (soit essentiellement les entreprises) fait de plus en plus souvent appel à Spectaculaires, que ce soit pour des commémorations, des opérations de communication vis-à-vis de publics internes ou externes, à telle enseigne que ce secteur représente désormais 50 % de l’activité.

Ce qui fait la spécificité de la société et son côté atypique, c’est le fait qu’elle intègre et maitrise la totalité des métiers de son domaine : de la création (recherche d’idées…) au graphisme, en passant par toutes les dimensions techniques avec l’utilisation des outils technologiques les plus sophistiqués. Elle a aussi été amenée à développer la R&D en collaboration avec d’autres entreprises ou institutions. En plus des équipes artistiques, des techniciens, elle compte de ce fait 5 ingénieurs de très haut niveau.

La croissance de Spectaculaires s’est effectuée de manière régulière, elle emploie aujourd’hui 27 permanents et en moyenne autant d’intervenants engagés en fonction des projets. En 2014, le chiffre d’affaires a atteint plus de 5 millions d’euros.

L’export a débuté en 2006, par une opération menée en Tunisie. C’est parce que Spectaculaires avait travaillé pour le Puy du Fou que ce premier contrat à l’étranger avait été signé. En 2008, la société ayant été choisie par la municipalité de Lyon pour la Fête des Lumières, sa visibilité dans les milieux culturels allait amener de nombreuses entités à faire appel à ses services.

Cela a été le cas en Belgique (Gand, Grand Place de Bruxelles…), en Suisse où le spectacle conçu sur la façade du Palais fédéral de Berne attire chaque année 600 000 personnes. Dans ce pays des projets ont également vu le jour pour des entreprises (Swatch…). En plus de l’Europe de l’Ouest, des évènements ont été produits au Brésil, au Vietnam, en Pologne, en Ukraine ou aux Philippines

Désormais l’international représente plus de 20 % du chiffre d’affaires. Ce pourcentage devrait s’accroitre avec la concrétisation d’opérations aux États-Unis (histoire du jazz à la Nouvelle-Orléans), en Italie, au Maroc (Festival de Musique Sacrée de Fez) ou encore à Ryad…

Ce résultat à l’international, au-delà d’un savoir-faire sur mesure unique et haut de gamme, tient à trois facteurs : L’image positive de la créativité française dans la plupart des pays, la visibilité acquise par Spectaculaires au travers d’évènements de premier plan réalisés en France et le soutien indéfectible de prescripteurs crédibles qui mettent la société en avant ; qu’il s’agisse du Ministère des Affaires étrangères, de l'Ambassade et de l’Institut français, au même titre que les milieux culturels ou des professionnels de l’évènementiel. C’est l’existence de ces réseaux qui explique que Spectaculaires n’a pas de service commercial, ne fait pas de prospection mais répond exclusivement à des demandes spontanées qui, dans quelques cas, sont aussi générées par le site Internet.

Le problème rencontré.

La logistique, afin de transporter sans risque et de dédouaner un matériel sophistiqué et fragile qui nécessite de sélectionner des transitaires spécialisés dans les pays concernés.

Les conseils de Benoît Quero gérant fondateur de Spectaculaires.

Lorsqu’on réussit à l’international, on se rend compte que ce qui apparaissait a priori comme impossible et inatteignable, peut se réaliser à condition de bien étudier la faisabilité des projets. Prendre pied sur les marchés étrangers change considérablement la perception de l’entreprise que ce soit en interne, ou vis-à-vis des clients, des prospects et des prescripteurs.

Robert HAEHNEL le 21/05/2015