Groupe Betem (ingénierie) - les PME exportent

Une approche pragmatique garante des résultats

logo_groupe_betem

Betem lors de sa création (1967), n’était qu’un simple bureau d’ingénierie à vocation locale (Tarbes, Toulouse) au service principalement des industries de l’aéronautique. Une double évolution a eu lieu dans la durée. Un déploiement national essentiellement réalisé par croissance externe, qui a amené l’entreprise à couvrir désormais, avec 11 agences, la France entière, ainsi que la Guyane.
La diversification dans une nouvelle activité celle du BTP (études d’ingénierie pour les bâtiments, et les infrastructures…).
Aujourd’hui le Groupe atteint un chiffre d’affaires de 17 millions d’euro et emploie 196 salariés.

L’export a débuté dans les années 80/90. Il s’est longtemps limité à l’exploitation d’opportunités, notamment  dans l’accompagnement d’industriels français à l’étranger. Face à la baisse de l’activité sur le territoire national, dû à la crise, une structure dédiée à l’international a vu le jour en 2012, avec à sa tête Frédéric Lidos, qui bénéficie d’une expérience solide dans ce domaine, du fait de son parcours professionnel dans le BTP. Face aux premiers succès rencontrés, elle a fait place  en 2013 à une filiale : Betem International, cela dans un objectif de lisibilité et d’opérationnalité.
Dans le secteur industriel Betem, au-delà du cercle habituel de ses partenaires, a réussi à débuter des collaborations avec des Groupes européens (Alstom, Airbus, Thales Alenia Space…).
Les actions de prospection, mises en œuvre dans trois zones géographiques : l’Ouest africain, l’axe persique (du Golfe à l’Afghanistan) et le Canada ont amené la signature de contrats concernant à la fois  le secteur public (ministères, agences nationales), des acteurs privés, ainsi que l‘accompagnement du Ministère des Affaires Etrangères.
Ces résultats ont été obtenus, grâce d’une part au réseau personnel de F. Lidos, en répondant à des appels d’offres, ou par des référencements auprès de grands  groupes industriels.
C’est essentiellement Frédéric Lidos qui s’investit dans la démarche commerciale secondé par une collaboratrice ainsi qu’un chargé d’affaires prospectant la zone de l’océan Indien.
Afin de réaliser ses études, la filiale internationale utilise les ingénieurs du Groupe qui sont détachés en fonction des missions. Ce qui représente un atout certain en termes de qualité des prestations notamment vis-à-vis des concurrents « à bas coûts ».  
L’Internet constitue une vitrine efficace. De plus pour la première fois cette année, Betem International exposera au salon « Big Five » (BTP) qui se tient à Dubaï.
A terme, le Vietnam, l’Indonésie seront les prochaines terres de mission. Dans ces pays, la stratégie sera différente. Elle consistera à trouver et à passer des accords avec des partenaires locaux. Dans cette finalité il est fait appel au concours des CCI internationales et d’Ubifrance.
Au bout de deux années, l’export représente déjà 10 % du chiffre d’affaires global. D’ici trois ans ce pourcentage devrait atteindre 30 %.

Le problème auquel le Groupe doit faire face :
On ne vend que de l’ingénierie, ce qui implique de faire passer le rapport qualité prix qui est celui de Betem International et de trouver le moyen d’être attractif et compétitif vis-à-vis de concurrents moins chers.

Le conseil de Frédéric Lidos Directeur International du Groupe Betem.
L’international, il ne faut pas avoir peur d’y aller.