France Haliotis (élevage de coquillages) - les PME exportent

Les solutions inédites pour se développer à l’export.

Les recettes de 450 dirigeants de PME performantes à  l’export ? C’est sur ce site que  vous allez les découvrir.  

Ce contenu éditorial original, concerne tous les secteurs d’activité.  Il s’agit d’une ressource unique, qui présente les stratégies gagnantes, les dispositifs, moyens, outils qui fonctionnent dans la réalité…loin des présupposés théoriques.

Pour réussir à l’international, rien n’égale l’expérience et la connaissance de « ce qui marche dans les différents marchés », c’est ce que le site lespmeexportent est en mesure de vous  apporter …

C’est aussi une communauté ; celle des PME qui exportent puisque vous avez la possibilité de poser vos questions, d’échanger, d’obtenir des informations  auprès d’autres chefs d’entreprises... Lire la Suite ...

Vous accompagnez les PME à l’international ?

Nous allons vous mettre en contact avec des clients sérieux.

Lire la suite...

Les interviews...

Pourquoi s'intéresser aux pays d'Europe de l'Est (PECO)?

photo Emmanuelle Dumas

Emmanuelle Dumas 
Conseiller Europe de l’Est 
CCI Paris Ile de France

Spécialiste des PECO, Emmanuelle Dumas, accompagne au sein de la CCI Paris Ile de France, des dizaines de PME dans leurs projets à l’export, à s’implanter dans ces pays. Elle nous dit pourquoi cette zone de l’Europe constitue aujourd’hui pour nos entreprises un marché prioritaire et comment l’aborder…

Lire la suite...

Le rôle des Clusters

photo_benoit_robert

Benoît Robert
Directeur du Cluster Montagne

Comment les clusters sont-ils devenus les catalyseurs indispensables du développement des PME à l’international ? Les actions menées par le « Cluster Montagne » constituent une excellente illustration de leur rôle.

Lire la suite...

Comment HSBC accompagne les PME françaises à l’export

photo_Regis_Barriac

Régis Barriac
Directeur de l'International 
HSBC France

Le financement de l’export constitue une problématique récurrente, sensible pour les PME françaises qui souvent estiment que les banques ne les soutiennent pas suffisamment… Aussi avons-nous demandé à Régis Barriac Directeur de l’international d’HSBC France de nous indiquer les réponses que sa banque est en mesure de proposer à ce niveau aujourd’hui.

Lire la suite...

Georges Fischer Directeur Réseaux Internationaux CCI Paris Ile-de-France :

photo-georges-fischer

ChamberTrust apporte une double garantie aux PME qui utilisent Internet à l’international. Une visibilité certaine, la fiabilité contrôlée de l’information communiquée. Le sceau électronique ChamberTrust modifie ainsi radicalement l’efficacité de cet outil indispensable qu’est l’Internet…

Lire la suite...

A quoi servent les Clubs Export ?

photo Bernard Groelly

Bernard Groelly Président du Club Export Sud-Alsace

Dans toute la France, il existe un nombre considérable de Clubs Export. Nous avons demandé à Bernard Groelly qui préside un des plus anciens de ces Clubs Export de France, de nous expliquer quel était leur  rôle, et leur apport spécifique.

Lire la suite...

Innover en créant son marché

Sylvain-Huchette_France-Haliotis

C’est en 2004 que Sylvain Huchette, ingénieur en agriculture, titulaire d’un doctorat en zoologie marine, soutenu par l’ANVAR (Oséo aujourd’hui), fonde France Haliotis. Le projet ? Créer en Bretagne un élevage d’Ormeaux. Un véritable pari long et difficile, puisque précédemment toutes les tentatives avaient échoué.
Si la société gagne depuis 3 ans de l’argent, il reste encore beaucoup de choses à faire avant de pouvoir affirmer que la réussite soit complète. Aujourd’hui la production est maitrisée, le chiffre d’affaires s’élève à 500 000 €, l’emploi concerne 6 salariés. Les ventes devraient être multipliées par 2 en 2014 et connaitre, également en 2015 une progression très marquée.

L’export a démarré, pratiquement dès l’origine et s’est toujours situé dans une fourchette de 20 à 30 % des ventes.
Au départ,les marchés se sont limités à l’Europe, prioritairement l’Espagne et l’Irlande (secondairement la Suisse, la Grande-Bretagne…). Les acheteurs étant pratiquement exclusivement des éleveurs faisant l’acquisition de naissains (embryons de coquillages). Ces commandes se faisaient essentiellement grâce au réseau scientifique personnel de Sylvain Huchette et de par la renommée acquise par l’entreprise dans ces milieux puisqu’en Europe elle n’a pas de concurrents. La commercialisation est faite en direct nombres de collaborateurs étant bilingues et ayant travaillé à l’étranger. Mais la destination des produits (élevage) correspond à des ventes extrêmement aléatoires, ce qui explique les fluctuations que connait l’export d’une année à l’autre.
Une deuxième phase a débuté avec la prospection des pays du Sud-Est asiatique, gros consommateurs d’ormeaux et contrairement à l’Europe, acheteurs de produits finis. Pour s’attaquer à ce nouveau marché, un représentant ayant bénéficié d’une formation, fut engagé, un plan Coface fut parallèlement monté. Alors que le Japon semblait devoir constituer le potentiel le plus immédiat, du fait de l’impossibilité de pouvoir livrer ce pays, depuis la Bretagne, en moins de 48 heures il ne fut pas possible de concrétiser des ventes. Par contre Hong-Kong allait se révéler être un marché plus consistant. Les premières commandes ont été signées elles représentent déjà plus de 10 % des volumes exportés et devrait atteindre très rapidement un chiffre double. Les clients sur place sont des grossistes de produits de la mer frais ou surgelés. Dans cette zone géographique, France Haliotis devrait pouvoir compter à terme sur un développement plus stable et plus régulier qu’en Europe.
La notoriété de la société prend sa source dans les conférences, notamment scientifiques qui sont tenues. Le site Internet même s’il existe en plusieurs langues (chinois, arabe en plus de l’Anglais) reste à l’heure actuelle une vitrine.
Dans une industrie naissante, à l’international tout peut arriver, d’autant plus que les volumes de production devraient très rapidement s’accroitre.

Le principal problème auquel France Haliotis doit faire face.
C’est indubitablement la logistique et la difficulté à expédier des produits frais en Asie en moins de 48 heures, parce qu’il n’y a pas en Bretagne d’aéroport qui prenne du fret.

Les conseils de Sylvain Huchette Président de France Haliotis.
L’international cela se gagne, il faut se battre et être patient. Il ne faut pas porter crédit aux rumeurs concernant les marchés mais procéder à une analyse fine et ne pas se limiter à un seul pays afin de minimiser les risques. Il est évident que l’Union Européenne constitue une véritable opportunité, les marchés asiatiques sont bien sûr plus complexes.